Partager

Projet de danse intergénérationnelle (27-09-2018)

Projet réalisé avec les 3ème maternelles de l'école libre de Hermalle sous Argenteau et la maison de retraite "Les Peupliers" voisine de l'école.

Pendant cinq ateliers, il a été question de regard, sur soi, sur l'autre et sur ce qui nous entoure. Il a été question de non regard, s'oublier un peu en étant au plus près de sa matière, son corps, du corps de l'autre, de l'imagination.

Comment mettre en éveil toutes ses cellules, aller plus loin que le bout de son nez, réellement, tenter l'invisible. On a laissé une trace de soi unique, en la mélangeant avec la trace unique de l'autre, on a été un et tous à la fois.

Et le plus essentiel, on a joué. On a dansé en jouant, on a  joué à danser, le corps est devenu le jeu de l'autre, on a inventé des corps jouant, le corps est devenu l'outil du travail de l'imagination. En fait, rien de nouveau pour des enfants. Sauf, peut-être, que le mouvement est devenu plus consistant, les regards intenses, le contact n'est plus réfléchi mais guidé par le sensoriel. On a pris le temps. On a emprisonné le temps, le temps des ateliers.

Et puis il y a le temps de la rencontre avec son opposé dans le corps , la vitesse, l'énergie,.. la rencontre avec  Jean, Marie, Mariette, Liline, Andrée, Jeanne, Bella, ..Les enfants de l'école d'Hermalle sont habitués à rencontrer les résidents de la maison de repos juste à côté de l'école. Les ateliers ont peut-être permis de renforcer ce lien. De proposer une rencontre un peu différente ou le corps est l'outil premier pour se dire bonjour, pour jouer-danser, ou le contacte va plus loin car on prend le temps (encore) de se regarder.

On ose se confronter aux  années qui séparent les enfants et les résidents dans les yeux, yeux qui pétillent autant des deux côtés. Parfois on les a  effacées ces années. Il peut y avoir une crainte d'approcher de très près ces corps lourds et précieux, ces yeux chargés d'histoire alors que la leur commence à peine et inversement, comment dompter ces boules d'énergie que sont les enfants. Parfois les regards les plus malicieux et rieurs sont ceux des plus grands alors que les enfants peuvent être sérieux et consciencieux. C'est un moment de partage et d'échange, c'est bateau quand on le dit comme ça, mais c'est juste.