Partager

La danse à travers les âges

Ce projet a réuni enfants de 3ième maternelle et personnes âgées. Voici quelque bribes de pensées des artistes, Melody Willame et Ornella Venica, sorte d'extraits de leur carnet de voyage, au carrefour entre terre d'enfance et vieillesse, entre résonance intime et découverte de l'autre.
Voici aussi les images de Jonas Luyckx qui a pu capter quelques ingrédients essentiels de cette rencontre.
Une première exploration pour les artistes de la compagnie. Un projet riche en apprentissages, corporels, affectifs, intellectuels,…  et porteur d'émotions. Une certitude s'impose aujourd'hui : que de telles rencontres puissent à nouveau exister.

 

Pendant ces ateliers, il a été question de regard, sur soi, sur l'autre et sur ce qui nous entoure. Il a été question de s'oublier un peu en étant au plus près de son corps, du corps de l'autre, de l'imagination.
Comment mettre en éveil toutes ses cellules, aller plus loin que le bout de son nez, réellement, tenter l'invisible.

" On a grandi. Les enfants,  certainement, mais nous aussi."

F.V., institutrice, Ecole libre de Hermalle-sous-Argenteau.

Et le plus essentiel, on a joué. On a dansé en jouant, on a joué à danser, le corps est devenu le jeu de l'autre, on a inventé, le corps est devenu l'outil du travail de l'imagination. En fait, rien de nouveau pour des enfants. Sauf, peut-être, que le mouvement est devenu plus consistant, les regards intenses, le contact n'est plus réfléchi mais guidé par le sensoriel. On a pris le temps.

Et puis il y a le temps de la rencontre avec son opposé dans le corps, dans la vitesse et l'énergie,…  La rencontre avec  Jean, Marie, Mariette, Liline, Andrée, Jeanne, Bella, … On ose confronter les  années qui séparent les enfants et les résidents. Ces années qui se lisent dans les yeux, des yeux qui pétillent autant des deux côtés. Parfois, l'écart entre ces années s'est effacé. Parfois les regards les plus malicieux et rieurs sont ceux des plus grands alors que les enfants peuvent être sérieux et consciencieux. C'est un moment de partage et d'échange, tout le monde donne un bout de soi pour traverser une frontière : frontière physique, timidité, méconnaissance, ...

"Merci pour cette super rencontre. Les résidents étaient tellement touchés par le film que j'ai dû le repasser trois fois de suite... Merci beaucoup et à bientôt pour de nouvelles aventures j'espère".

C. R., ergothérapeute, Maison de repos Les Peupliers.


Le projet a reçu le soutien financier de la cellule culture-enseignement de la FW-B.